Culture du Vigna

Conduite culturale et valeur alimentaire du Vigna
Mise à jour le 22 février 2016
 

Encore appelé "Pois canne" ou "Pois yeux noirs" en Guadeloupe, le Vigna est une Légumineuse à graines annuelle originaire d’Afrique, et très répandue dans tous les continents. Elle est utilisée dans l’alimentation humaine et animale soit en vert, soit en ensilage avec une graminée (sorgho), soit en graines. L’INRA a précisé les modalités de sa culture aux Antilles (types de sols, fumure, modes de semis, productivité) ainsi que la composition et l’intérêt alimentaire de ses graines.

 

Vigna unguiculata est une espèce adaptée à des conditions difficiles. Sa culture est possible des zones humides à sol latéritiques aux zones sèches calcaires. Peu exigeante, sa croissance est cependant meilleure dans les sols neutres ou alcalins ; les sols acides peuvent lui convenir à condition qu’il n’y ait pas d’excès d’eau. Une fois germé, Le Vigna résiste bien à la sécheresse. L’INRA a mené des expérimentations dans les années 80 pour préciser les itinéraires techniques et les qualités de la graine.

Conduite culturale
- La croissance est rapide, avec une floraison 6 à 8 semaines après le semis, et la récolte 10 à 13 semaines après le semis. En Guadeloupe, le Vigna peut être cultivé en intercalaire avec la canne plantée durant la saison d’hivernage.
- Un sol ameubli en profondeur et émietté en surface est conseillé.
- Les fumures recommandées sont de P : 200 unités/ha, N : 60 unités/ha, K : 100 unités/ha.
- L’inoculation par Rhizobium n’est pas nécéssaire
- Le semis se fait en paquets ou en lignes et la densité dépend du mode d’exploitation (30 pieds au m2 en vert, 20 pieds au m2 en grains).
- L’écart entre les rangs varie de 30 cm pour les variétés à petit développement à 60-80 cm pour les variétés à grand développement.

Productivité
- En graines : 15 à 20 quintaux par hectare, en 2,5 à 3 mois
- En matière verte : 3 à 5 tonnes de matière sèche par hectare en 50-65 jours au stade gousse pleine. La plante est alors apte à repousser après la fauche.

Composition de la graine
- En % de matière sèche (MS)

Matières azotées : 27,5 -
Extractif non azoté : 61,1 (avec 39% d’amidon) -
Matières grasses : 2,5 -
Cendres : 3,5 -
Cellulose 5,4 -

- En acides aminés (% MS)

Lysine : 1,87 -
Méthionine : 0,27 -
Cystéine : 0,27 -
Thréonine : 1,02 -
Isoleucine : 1,10.

Composition et rendement de la plante fourragère entière selon stade de maturité
Rendement au stade floraison : 3,3 T/Ha - au stade gousses : 4,9 T/Ha.
Teneurs (% MS) en cendres : 13,2 - 14, en matières azotées totales : 21 - 22, en lignine : 5,5 - 6.

• Ce produit vous intéresse ? Contactez l'INRA

Type de résultat :

Procédé bio-technique

Avancée du sujet :

Abouti

Condition d’utilisation :

Domaine public

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Gestion des ressources

Concepteur(s) :

Claudie PAVIS

Maurice DERIEUX

Maurice THOUVIN

Pierre LENCREROT