Insectes Sorgho

Insectes ravageurs du Sorgho en Guadeloupe
Mise à jour le 12 novembre 2012
 

Dans les années 70, l’Inra s’est intéressé à la culture du Sorgho, en particulier aux insectes ravageurs. Cette fiche présente l’inventaire des insectes présents et les dégâts qu’ils occasionnent à différents niveaux de la plante : les attaques sur les feuilles qui intéressent particulièrement le sorgho fourrage et les attaques sur les fleurs et les graines qui se rapportent plus particulièrement à la production de Sorgho grains.

 

Un essor de la culture du Sorgho en Guadeloupe au milieu des années 1970 a mis en évidence que des problèmes entomologiques étaient susceptibles de limiter l’intérêt de cette culture en particulier lorsqu’elle était axée sur la production de grains.

Les recherches ont porté sur l’étude des attaques des insectes ravageurs du sorgho en Guadeloupe en distinguant :

- Les attaques sur les feuilles et les tiges

Elles apparaissent très tôt chez les plantules et sont le fait de petits papillons de la famille de Pyralidae : Elasmopalpus lignosellus dont les larves perforent la pousse au niveau du collet en provoquant son dessèchement.
Elles peuvent aussi plus rarement provenir d’orthoptères qui coupent les racines : courtillières Scapteriscus vicimus et Neocurtilla hexadactyla, ou dévorent les jeunes feuilles : criquet Schistocerca pallens, et grillon Acheta assimilis.

Sur les plantes adultes, ce sont des homoptères, en particulier des cicadelles (Peregrinus maidis, vecteur de maladies virales), des pucerons (Sipha Flavaforbes), des cochenilles (Saccharicocus sacchari, Antonina graminis, Rhopalosiphum maidis) qui occasionnent des dégâts.

On retrouve aussi des lépidoptères de la famille des Pyrales (Diatraea saccharalis et Diatraea impersontella) qui creusent des galeries dans les tiges les rendant cassantes. Des méthodes de contrôle biologiques par introduction de prédateurs (Lixophaga diatreae) ou de parasites (Apantes flavipes), mises au point pour limiter leurs dégâts que ces pyrales occasionnent sur la canne à sucre, pourraient être efficaces pour réduire leur population.

Trois espèces de noctuelles ont des chenilles défoliatrices capables d’occasionner des dégâts saisonniers très important sur sorgho. Ce sont Spodoptera frugiperla, Anticarsia gemmatilis et Mocis nunctularis.

- Les attaques sur les fleurs et les graines :

Elles sont les plus importantes pour la production de sorgho grain. Un seul insecte en est la cause, la cécidomyie du sorgho Contarinia sorghicola. Son activité intense et son taux de multiplication élevé réduisent rapidement à néant une récolte de grains.
C’est l’absence de méthodes de luttes contre ce ravageur ou de variétés de sorgho résistantes qui sont à l’origine de la déprise de la culture du Sorgho en Guadeloupe.