Sorgho fourrager

Intérêt et limites d’hybrides de sorgho pour l’alimentation des bovins aux Antilles
Mise à jour le 28 décembre 2012
 

L’utilisation des hybrides : Sorghos x Sudan grass pour l’alimentation des bovins en Guadeloupe comme en Martinique a été testée par l’INRA au début des années 70. Ces essais avaient pour but de développer la production d’un fourrage de bonne qualité résistant bien à la sécheresse et susceptible de suppléer à la production du Pangola. L’hybride Sudax Sx 11 est classé comme le plus productif. Cependant, son utilisation est contraignante puisqu’il faut semer tous les ans, récolter puis distribuer à l’auge ou en ensilage avant même le stade épiaison. Ces essais ont aussi mis en évidence sa sensibilité à plusieurs ravageurs et maladies.

 

L’utilisation d’hybrides de Sorgho pour l’alimentation des bovins en Guadeloupe et Martinique remonte au début des années 70. Observés et expérimentés à partir de 1969 par l’INRA, ces hybrides apparaissaient comme une source de fourrage prometteuse pour les Antilles Françaises.

L’objectif était l’introduction d’un fourrage de bonne qualité, résistant bien à la sécheresse et susceptible de suppléer à la production du Pangola (Digitaria decubens) de novembre à avril. Dans cette perspective, plusieurs hectares de Sudax Sx 11 ont été semés au domaine expérimental de l’INRA à Gardel en Guadeloupe (Grande-Terre). Ils s’intégraient dans un système fourrager utilisé par un troupeau de vaches laitières Française Frisonne Pie-Noir et leur suite.

Cette fiche fait le bilan des principaux résultats obtenus à partir de ces essais.

- La durée du cycle du Sudax Sx 11 est de 75-80 jours en jours longs. La croissance journalière de juillet à octobre atteint 5-8 cm, et n’est que de 0-1 cm en jours courts.
La plante mesure à l’épiaison dans le premier cas 1,5 m à 2 m alors que dans le second elle ne dépasse pas 1 m.
- L’une des difficultés est de maîtriser la culture pour que la valeur fourragère soit sensiblement constante tout au long de l’année. Les rendements constatés se situent aux environs de 20 tonnes de matière sèche (MS)/ha, les teneurs relatives en MS faibles sont influencées par le stade de récolte. La valeur fourragère reste stable jusqu’au stade épiaison, au-delà elle décroit rapidement. Cette évolution est liée à une modification profonde de la composition morphologique (rapport tige/feuilles/épis/graines).
- La comparaison de deux stades de récolte, jeune et âgé, montre que l’amélioration de la valeur fourragère observée au stade jeune cas n’est pas compensée par l’augmentation de rendement possible avec une récolte plus tardive. Comparé avec le Pangola ainsi qu’avec d’autres fourrages, l’hybride Sudax Sx 11 se classe comme le plus productif.
- Les contraintes associées à son utilisation sont importantes : nécessité de semer tous les ans, récolte pour distribution à l’auge ou en ensilage avant même le stade épiaison, et sensibilité aux Pyrales, aux nématodes, à la Rouille rouge et à l’Helminthosporiose.

• Ce produit vous intéresse ? Contactez l'INRA

Type de résultat :

Variété ou race

Avancée du sujet :

A approfondir

Condition d’utilisation :

Domaine public

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Gestion des ressources

Concepteur(s) :

Michel VIVIER