Accueil du site > Séminaire Ignames en Guadeloupe

Séminaire Ignames en Guadeloupe

Des rencontres scientifiques entre chercheurs INRA et CIRAD
Mise à jour le 19 février 2013
 

Les spécialistes INRA et CIRAD, de Guadeloupe et de Montpellier, se retrouvent du 18 au 20 février 2013 à l’INRA de Duclos. L’objectif est de faire le point sur les actions de recherche et développement menées sur l’Igname depuis 3 ans. A l’issue de ces ateliers, les priorités d’actions communes à mettre en oeuvre seront définies, ainsi que les calendriers de réalisation.

 

- Quelle est la diversité de la collection d’Ignames du CRB par rapport aux collections internationales ?
- Qu’est-ce qui détermine la résistance des ignames blanches à l’anthracnose ?
- Quelles sont les pistes pour développer une filière de production de plants d’ignames sains et de qualité ?
- Où en sommes-nous de l’évaluation des nouvelles variétés ?
- Quels problèmes posent les virus pour la diffusion des variétés ?
- Par quelles pratiques agronomiques simples pourrait-on augmenter les rendements ?
- Quel est l’état de la filière Ignames aux Antilles françaises ?

Autant de questions sur lesquelles la recherche doit avancer, conjointement avec les organisations professionnelles, l’IT2 et la Chambre d’Agriculture. Depuis la mise en place des RITA (Réseaux d’Innovation et de Transfert Agricole) dans les DOM, les partenaires travaillent avec cohésion sur ces thèmes, pour comprendre et prendre en compte les contraintes des agriculteurs.

Résumé des actions à mettre en oeuvre.

- Terminer la comparaison des collections d’ignames de l’INRA et du CIRAD avec celles d’autres pays.
Ceci permettra de bien en connaître la diversité, et éventuellement de les enrichir.
A partir de ces études de diversité, il sera possible de définir une collection de référence de petite taille, qui permettra d’étudier plus en détail les caractères importants pour la production et la commercialisation.

- Etablir le catalogue des variétés cultivées en Guadeloupe.
Le savoir des agriculteurs a tendance à se perdre, et il est parfois difficile de savoir à quelles variétés on a affaire, où s’il s’agit de variétés en mélange. Ce catalogue illustré permettra de décrire les grandes caractéristiques des variétés, telles que leur terroir de prédilection, leur morphologie, leur sensibilité à certaines maladies, leur potentiel de rendement…

- Poursuivre les travaux sur la génétique des ignames.
Pour décider des meilleures stratégies d’amélioration variétale, il est nécessaire d’acquérir un certain nombre de connaissances de base, qui font défaut chez les ignames.

- Poursuivre l’amélioration génétique pour la résistance à l’anthracnose.
Cette maladie fongique reste une des contraintes majeures de la production. Des résultats ont été acquis sur la génétique des résistances, et on dispose à l’heure actuelle de deux sources de résistance chez des variétés différentes. Des croisements ont été réalisés, et permettent de mieux connaître les gènes qui contrôlent la résistance. A terme, l’idée est de cumuler l’ensemble des gènes de résistance, et d’avoir une stratégie d’utilisation des variétés pour que leur résistance soit durable.

- Pérenniser la plate-forme de sélection variétale des ignames.
Cette plate-forme virtuelle a été mise en place dans le cadre du RITA Guadeloupe, au travers du projet Eva-Transfert. Ceci a permis de faire travailler ensemble la recherche, la Chambre d’agriculture, l’IT2 et certains agriculteurs. De nouvelles variétés ont pu être évaluées, et certaines sont en cours de validation chez les producteurs. Après la fin du projet en 2014, il sera nécessaire de poursuivre ce travail en partenariat, pour que les structures professionnelles bénéficient des retombées des travaux de création variétale, et s’impliquent pour adapter leur techniques culturales à ces variétés.

- Poser un diagnostic sur la filière Ignames aux Antilles françaises, et proposer des pistes pour renforcer sa structuration.
Une clé d’entrée sur la structuration de la filière nous paraît être la problématique de la disponibilité en plants sains. Des solutions techniques ou organisationnelles existent pour que cette filière de production de semences de qualité se mette en place, mais il est nécessaire de fédérer l’ensemble des acteurs pour proposer et évaluer des scénarios socialement et économiquement acceptables.