Accueil du site > Témoignages > Le jardin "extra bio ordinaire"

Le jardin "extra bio ordinaire"

Une vision de l'agriculture biologique
Mise à jour le 3 janvier 2017
 

Philippe Sahagian se définit comme animateur et jardinier. Son expérience dans le domaine agricole s’est enrichie des formations du CFPPA de Vieux Habitants sur les cultures légumières et de ses nombreuses rencontres avec des agriculteurs et propriétaires de jardins créoles.

 

L’association qu’il préside a été créée en 2008 en réaction à la controverse autour de la chlordécone.
Promoteur d’une agriculture naturelle, le jardin « extra bio ordinaire », l’Association Nature Kulture 971 a mis en place à Vieux Habitants, en partenariat avec l’ASSOFWI, des parcelles à la fois expérimentales et réservoirs de ressources biologiques. Les conditions qu’offre le site nécessitent un itinéraire technique particulier du fait, entre autres, de la nature du sol et du climat sec de la région.
Les objectifs affichés de l’association restent la conservation de variétés anciennes et/ou rustiques, la constitution d’une banque de semences avec pour finalité partager ses ressources et développer l’envie de cultiver cette biodiversité.
Les parcelles font office de laboratoire pour l’utilisation de variétés adaptées au milieu ou le recours à des méthodes peu courantes comme la plantation en lasagnes.
En 2015, une rencontre avec Christelle Dragyn et Rose-Marie Gomez de l’INRA , et plus tard avec Claudie Pavis, permettront d’initier une collaboration avec le Centre de ressources biologiques plantes tropicales (CRB-PT). Philippe Sahagian et son équipe introduiront dans leurs parcelles une vingtaine de variétés d’ignames issues des collections du CRB-PT.
De nombreux incidents survenus au cours de la culture ont entravé la qualité de la récolte. Toutefois, un autre apport de semences de la même origine a été effectué pour la campagne 2016. Philippe Sahagian souhaite poursuivre son partenariat – qu’il juge sympathique - avec l’INRA et le CRB-PT, en raison de la qualité des échanges.
Son seul regret est la mise à disposition des plants quelque peu tardive par rapport aux périodes de plantation traditionnelle de l’igname. Cela s’explique par les impératifs de la recherche. Néanmoins Nature Kulture 971 reste demandeuse de ces fruits de la recherche compatibles avec sa démarche et sa philosophie. Une preuve de son désir de partage est qu’elle a programmé de fournir au CRB-PT plusieurs variétés d’igname afin d’étoffer son catalogue.