Accueil du site > Résultats > Environnement > Maraîchage et fertilité des sols

Maraîchage et fertilité des sols

Impact du maraîchage sur la fertilité organique des sols de Guadeloupe
Mise à jour le 23 juin 2017
 

La productivité des sols dépend de la quantité de matière organique qui y est disponible. Dans les systèmes maraîchers de Guadeloupe, l’INRA a montré dans une étude préalable que les pertes de matière organique se cumulent au fil du temps, et entraînent une dégradation des sols. Dans le cadre d’un projet financé par l’ADEME, la Région Guadeloupe, le FEDER et l’INRA, nous avons recherché quelles étaient les causes de ces pertes, et quelles solutions techniques pouvaient y remédier. Cet article synthétise les résultats, et donne accès à un rapport détaillé, téléchargeable.

 

La teneur en matière organique (MO) des sols est un facteur important pour leur qualité et leur productivité. Au sein des systèmes maraîchers tropicaux, on observe des pertes importantes de MO, et en Guadeloupe, elles peuvent atteindre 2 tonnes de carbone organique par an. Ceci correspond à 18% du stock de MO dans ces sols depuis la mise en oeuvre de ce système de culture.

Ces pertes entraînent une forte dégradation de la qualité des sols et de leur productivité, et une augmentation des émissions des gaz à effet de serre sous la forme de CO2.

Nous avons recherché quelles étaient les pratiques qui induisent des pertes de MO des sols de Guadeloupe, et quels moyens techniques pourraient les limiter.

Nous avons montré que deux facteurs étaient en cause :

- Peu de résidus de récolte sont laissés sur les parcelles, ce qui limite le retour de MO dans le sol.
- Le travail du sol est intensif, afin de l’ameublir ou mettre en place des billons, ce qui provoque une perte de MO par minéralisation.

C’est pourquoi le bilan annuel de MO est fréquemment négatif en système maraîcher. Mais certaines pratiques telles que fertilisation organique, travail du sol, maintien des résidus de culture, ou rotations, peuvent modifier le bilan, en jouant sur les entrées et sorties de carbone organique.

L’usage de ces pratiques dépend du contexte local, car les agriculteurs n’ont pas tous accès aux ressources techniques (fumiers et composts, outils pour labourer le sol), humaines (savoir-faire, main d’œuvre) et financières (coût des intrants et de la main d’œuvre). Ainsi, les résultats obtenus dans d’autres régions, y compris tropicales, sont difficilement extrapolables au contexte des Antilles.

Voir en ligne : Morgwanik : un outil pour estimer l’évolution de la teneur en matière organique dans les sols de Guadeloupe

• Ce produit vous intéresse ? Contactez l'INRA

Type de résultat :

Procédé bio-technique

Avancée du sujet :

Projet en cours

Condition d’utilisation :

Domaine public

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Gestion des ressources

Protection de l’environnement

Concepteur(s) :

François CAUSERET

Jorge SIERRA

Pierre CHOPIN