Accueil du site > Résultats > Productions animales > Devenir de la chlordécone dans l’organisme des caprins

Devenir de la chlordécone dans l’organisme des caprins

Devenir de la chlordécone dans l’organisme des caprins en croissance et perspectives de décontamination.
Mise à jour le 19 février 2020
 

Des travaux ont été menés pour caractériser le comportement de la chlordécone dans l’organisme des caprins en croissance afin de développer des méthodes optimisant les processus de décontamination de ces animaux. L’exposé des travaux et les résultats obtenus sont présentés dans la thèse de doctorat de Marie-Laure Lastel, soutenue à Nancy (Université de Lorraine) en 2015.

 

Plusieurs études montrent que les viandes provenant d’animaux d’élevage, originaires des zones antillaises polluées (bœuf, porc, cabri, poulet), peuvent contenir de la chlordécone. La contamination de ces animaux pose un problème sur les plans sanitaire, social et économique car la chlordécone est un composé toxique qui :
-  contamine plus de 15 % des surfaces agricoles utiles de la Guadeloupe et de la Martinique,
-  s’accumule le long de la chaine alimentaire,
-  ne disparaitra des sols, que dans plusieurs centaines d’années.
L’apport quotidien de fourrages non contaminés ou le déplacement des animaux vers des zones non polluées font partie des solutions proposées aux éleveurs afin d’interrompre l’exposition de leurs animaux à la chlordécone et de les décontaminer. Cependant, ces mesures ne sont pas généralisables et les acteurs locaux sont demandeurs de solutions alternatives.

Dans le cadre de cette thèse, deux protocoles expérimentaux ont été conduits sur des cabris en croissance pour comprendre le devenir de la chlordécone dans leur organisme et optimiser les processus de décontamination de ces animaux.

Les résultats de ces deux études ont montré que :
-  les animaux en croissance éliminent plus de 70 % de la chlordécone après 3 à 4 semaines de décontamination.
-  La concentration en chlordécone est plus importante dans le foie des animaux contaminés que dans leur graisse ou les muscles.

Ces résultats soulèvent plusieurs questions :
-  Quels sont les mécanismes à l’origine de la distribution et de l’élimination de la chlordécone dans l’organisme ?
-  Comment la chlordécone est-elle transformée ?
La compréhension de ces processus permettra d’optimiser les stratégies de décontamination.

Dans les abattoirs, le niveau de chlordécone est mesuré dans la graisse située autour des reins. Si ce niveau est inférieur au seuil réglementaire, la viande est considérée consommable. Pour mieux gérer le risque, il faudrait vérifier si le taux de chlordécone de la graisse permet d’évaluer celui des muscles et du foie. Cette relation est discutée dans la thèse.

• Besoins d'informations ? Contactez INRAE

Type de résultat :

Avancée du sujet :

A approfondir

Condition d’utilisation :

Domaine public

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Gestion des ressources

Concepteur(s) :

Marie-Laure LASTEL