Accueil du site > Deuxième plénière du projet INSSICCA

Deuxième plénière du projet INSSICCA

L’avancée du projet INSSICCA a fait l’objet d’une plénière en Martinique, le 15 octobre 2018
Mise à jour le 16 décembre 2019
 

La deuxième réunion plénière du projet ANR INSSICCA (Stratégies Innovantes pour produire des denrées animales saines dans les zones contaminées par la chlordécone), a eu lieu en Martinique, le 15 octobre 2018.
Les partenaires du projet, ont présenté les résultats de leurs travaux et planifié collectivement les actions à venir.

 

En amont du colloque Chlordécone-Santé-Environnement, s’est tenue à Schœlcher (Martinique) la deuxième réunion annuelle du consortium INSSICCA. Cette plénière a permis aux partenaires d’échanger sur les travaux en cours et achevés, sur la valorisation des travaux et sur les perspectives à envisager.

Les principaux résultats obtenus sur la période 2017-2018 sont résumés ci-dessous :

• Les pratiques d’élevage au piquet conduisent à des ingestions quotidiennes de sol qui peuvent avoisiner environ 100 g de sol pour 100 kg de poids vif. Cela permet d’évaluer l’exposition des ruminants à la chlordécone en fonction des niveaux de contamination des sols (Partie 1).
• Dans l’organisme des ruminants, la chlordécone est éliminée en l’état, ou transformée en chlordécol , avant d’être éliminée, via les urines et les excréments. Un ovin ou caprin contaminé, puis nourri à base d’aliment non contaminé, élimine la moitié de la chlordécone en 20 jours, alors que pour les bovins, 40 jours sont nécessaires. Ces informations sont essentielles pour envisager des stratégies de décontamination des ruminants. Par ailleurs, ces recherches se sont appuyées sur de nouvelles méthodes d’analyses de la chlordécone dans les tissus biologiques (Partie 2).
• Pour évaluer la capacité de la chlordécone à rester stockée dans les sols contaminés, (potentiel de séquestration), des biochars (charbon à usage agricole) et des charbons actifs, à base de biomasse locale (noix de coco et sargasse) ont été produits et testés. On observe que les charbons actifs réduisent la mobilité de la chlordécone (jusqu’à 90 %) donc facilitent son immobilisation dans le sol. Les charbons actifs de chêne et de noix de coco semblent être les plus efficaces. (Partie 3).
• Pour concevoir des pratiques d’élevage en zone contaminée, avec une production saine (viande, œufs, lait), un modèle est en cours d’élaboration. Des entretiens ont été réalisés avec des chercheurs INRA spécialistes de l’élevage, des techniciens de coopératives … pour appréhender les pratiques d’élevage. Des questionnaires d’enquêtes (entretiens semi-directifs actifs) à destination des éleveurs ont été produits et testés (Partie 4).

Ces premiers résultats, fruit d’un travail collaboratif entre les partenaires, constituent un socle scientifique solide et permettront de proposer des systèmes de production sécurisés.

ANR : Agence Nationale de la Recherche
INSSICCA : INnovative Strategies to establish Safe livestock rearing systems In Chlordecone Contaminated Areas (Stratégies Innovantes pour produire des denrées animales saines dans les zones contaminées par la chlordécone)

Voir aussi :
Fiche Colloque Chlordécone-Santé-Environnement
Projet INSSICCA
Lancement du projet INSSICCA

• Ce produit vous intéresse ? Contactez l'INRA

Type de résultat :

Procédé bio-technique

Avancée du sujet :

Projet en cours

Condition d’utilisation :

Domaine public

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Gestion des ressources

Politiques et territoires

Concepteur(s) :