Accueil du site > Témoignages > Des techniques qui font leurs preuves

Des techniques qui font leurs preuves

Témoignage sur les effets grandeur nature de certaines techniques relevant de l'agro-écologie.
Mise à jour le 19 mai 2020
 

Selon ce qu’il a coutume de dire, Damien HUBERT a « l’agriculture dans le sang ». Il est né de parents agriculteurs qu’il a, dès son jeune âge, accompagné tant sur l’exploitation familiale que sur les points de vente de leurs productions.

 

Installé depuis plusieurs années à Goyave, il consacre majoritairement les surfaces de son exploitation à la culture de banane plantain dont il écoule la production en gros et en détail.
A un degré moindre, d’autres espaces sont consacrés à la patate douce, au manioc et à l’igname. Les plantes maraîchères sont cultivées épisodiquement et sur de modestes superficies.
Sur son domaine, la gestion de l’enherbement reste la préoccupation principale.
Depuis quelques années, Damien HUBERT a entamé une collaboration avec l’INRA – devenu INRAE – avec l’objectif d’améliorer certaines techniques de travail.
Il a d’abord été sensibilisé à la méthode PIF (Plants issus de fragments de tiges), utilisée sur bananier plantain. « Cette technique permet de disposer de plants sains. Quand je l’ai mise en place sur mon exploitation, je me suis rendu compte que les bananes étaient plus grosses et plus résistantes. En outre, je pouvais réaliser un cycle de récolte supplémentaire. »
D’autres procédés ont retenu son attention. « L’utilisation de Crotalaires m’aide à mieux gérer l’enherbement, apporte de l’azote au sol et favorise le système racinaire de mes plantes. J’ai également élargi les inter-rangs de bananiers en plantant des piments. Parmi les avantages observés, il y a moins d’espace pour les mauvaises herbes et je dispose d’une production supplémentaire. »
Damien est régulièrement sollicité par des équipes d’INRAE pour participer à des ateliers d’échanges et de co-construction d’itinéraires techniques pour la mise en place et le suivi de productions agricoles dans le cadre de concepts agro-écologiques. « Je souhaite poursuivre ma collaboration avec INRAE. Certes, tout n’est pas parfait, mais les échanges m’enrichissent, me permettent d’évoluer et changent en mieux le visage de mon exploitation ».

***

info portfolio