Technique PIF

Multiplication et assainissement des bananiers plantain (Musa Paradisiaca) par la technique PIF
Mise à jour le 26 novembre 2020
 

La technique du PIF (Plant Issus de Fragment de tige) permet de multiplier et d’assainir les plants de bananier. Elle a été proposée aux producteurs de plantain dans l’optique de pérenniser les plantations et d’accompagner la transition agroécologique grâce à l’obtention de plants sains à bas coût directement sur l’exploitation.

 

Les pressions parasitaires dues, entre autres, aux charançons et aux nématodes contraignent les producteurs de bananes plantain en Guadeloupe à replanter les bananiers tous les deux ou trois ans. Pour permettre une production de plants sains des techniques de multiplication in vitro ont été développées (Kwa et Temple 2019) mais le coût de production de ces vitroplants en Guadeloupe reste aujourd’hui très élevé. En complément, des techniques de multiplication in vivo ont été mises en place comme la production de PIF à partir de petits rejets. L’objectif est de proposer une technique agroécologique de multiplication (en rendant inactif le méristème apical pour permettre le développement des bourgeons secondaires) et d’assainissement (grâce à une série de nettoyages).

La production de plants par la technique PIF ne nécessite pas de matériel particulier. Elle se déroule en 7 étapes (voir fiche technique).

Concrètement un plant mère après multiplication par la technique PIF permet d’obtenir jusqu’à 19 plants d’après les expérimentations menées pour un coût moyen de moins de 40 centimes d’euros par plant. C’est avec des bulbes de 13 cm de diamètre que les meilleurs résultats ont été observés. Concernant l’effet variété c’est avec les "French Clair" (blanche) que les meilleurs résultats ont été obtenus.

Afin de déterminer le risque de multiplier des plants infectés, le statut viral des plants mères utilisés pour produire les PIF a été évalué pour 8 virus connus pour infecter le bananier : BanMMV, BBrMV, BBTV, CMV et 4 espèces du BSV (BSGFV, BSIMV, BSMYV et BSOLV). Seul BanMMV a été détecté, avec une prévalence très différente selon la variété. Très présent en Guadeloupe sur plantain il n’est pas impactant pour cette culture. Seule l’espèce BSOLV détectée à hauteur de 5% avant et après plantation, n’est plus détectée à la fin du premier cycle. Le risque d’activation des séquences endogènes de la multiplication par PIF est donc très faible, du moins pour la variété "French Clair" (90% des plantations en Guadeloupe). Dans une perspective de transition agroécologique et de diversification variétale une évaluation similaire doit être réalisée sur d’autres variétés.

Voir en ligne : Le germoir GERMECO

• Besoins d'informations ? Contactez INRAE

Type de résultat :

Procédé bio-technique

Avancée du sujet :

A approfondir

Condition d’utilisation :

Licence de savoir faire

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Amélioration génétique/maladies ravageurs

Gestion des ressources

Protection de l’environnement

Réduction des intrants

Concepteur(s) :

Jean-Louis DIMAN

Marie BEZARD