Accueil du site > Résultats > Environnement > Bioindicateurs des sols

Bioindicateurs des sols

Un outil d’évaluation des services dans les écosystèmes tropicaux et de leur altération dans les systèmes modifiés
Mise à jour le 21 octobre 2011
 

Les services rendus par un écosystème sont multiples et souvent difficiles à mesurer mais reposent sur un nombre limité de fonctions écosystémiques. Le Millenium Ecosystem Assessment fait l’hypothèse qu’on peut évaluer l’ensemble des services rendus à travers la seule évaluation des fonctions de support, nécessaires au maintien de l’écosystème. L’unité Ecofog a développé des bioindicateurs de ces fonctions. Leur mesure dans des systèmes non dégradés donne une image de la capacité à rendre l’ensemble des services. Leur mesure dans des systèmes modifiés par des changement d’usage des terres indiquera si le potentiel écologique du sol est altéré.

 

Contexte. La gestion des zones de forêts tropicales humides constitue un enjeu mondial très fort lié à leur rôle primordial dans les échanges gazeux entre biosphère et atmosphère. En Guyane, la forêt couvre 96% du territoire. Avec la croissance démographique la plus forte d’Amérique du Sud, elle constitue un modèle particulièrement intéressant à étudier. En particulier, plus de 20 000 ha de forêt ont été directement impactés par l’orpaillage depuis 1990 et l’ONF est demandeur d’outils d’aide à la décision pour évaluer l’état des sols. Par ailleurs, l’évolution de l’exploitation des abattis pour l’agriculture tend vers des temps de jachère plus courts et implique donc une intensification des défrichements. Il est nécessaire que la mise en valeur agricole de ces terres passe par des itinéraires techniques innovants de déforestation et de mode de cultures minimisant l’altération des services écosystémiques. Enfin, le littoral guyanais est caractérisé par une pression démographique croissante qui exerce une pression sur le massif forestier.

Différents acteurs conjuguent leurs efforts pour planifier l’occupation des terres avant que les processus de colonisation non contrôlée n’entraînent une dégradation majeure des milieux naturels. Pour une gouvernance durable, les décideurs guyanais doivent développer leur territoire en aménageant la forêt, tout en préservant les services environnementaux qu’elle rend.

Résultats acquis.
- L’unité Ecofog a développé des bio-indicateurs de la qualité des sols, basés sur les fonctions liées aux cycles biogéochimiques du carbone et de l’azote : respiration, dénitrification et nitrification. Il s’agit de fonctions bio-indicatrices clés facilement quantifiables.
- Ces indicateurs ont des débouchés opérationnels sur des attentes locales en termes de gestion des terres et de leur changement d’usage.

Retombées. C’est dans ce contexte que SOLICAZ, jeune entreprise innovante spécialisée en ingénierie écologique a été créée fin 2009 sur un modèle de start-up. Par le biais de conventions avec les organismes de recherche, elle développe son activité au sein du laboratoire BioSol de l’unité Ecofog et joue son rôle au niveau local en proposant ses méthodes d’évaluation des impacts environnementaux.

• Ce produit vous intéresse ? Contactez l'INRA

Type de résultat :

Procédé bio-technique

Avancée du sujet :

Abouti

Condition d’utilisation :

Domaine public

Impression de la fiche :

Version imprimable de cet article Version imprimable

Enjeux :

Biodiversité

Politiques et territoires

Concepteur(s) :

Anne-Marie DOMENACH

Jean-Christophe ROGGY

***

info portfolio
Les fonction microbiennes clefs du cycle du C et du N Exemples de zones étudiées Abattis au bord de l'Oyapock en Guyane Zone d'abattis à Cacao en Guyane