Accueil du site > Les auteurs > David RENAUDEAU
 

David RENAUDEAU

... était nutritionniste physiologiste à l’Unité de Recherches Zootechniques.

C’est en 1999, après une maitrise de biologie cellulaire et physiologie animale et un Diplôme d’Etudes Approfondies en biologie et production animale qu’il y prend ses attaches en intégrant l’Unité où il va effectuer son vatariat. En novembre 2000, il est recruté comme Ingénieur d’Etudes à l’Unité de Recherches Zootechniques et poursuit parallèlement une thèse de doctorat qu’il soutient en 2001 avant de devenir chargé de recherches en 2002.

Ses travaux portent sur la valorisation des ressources alimentaires locales et les modalités de leur utilisation chez le porc, et son adaptation à la chaleur par la compréhension des mécanismes, la recherche de solutions adaptées et la quantification de l’impact du changement climatique.

Spécialiste du porc en milieu tropical, la profession fait appel à ses compétences afin de former les éleveurs autant en Guadeloupe, qu’en Martinique ou à la Réunion. Il collabore aussi avec les unités INRA de l’hexagone (PEGASE et l’UMR SAS (Sols et Hydrosystèmes Spatialisation) à Rennes, le LGC (Laboratoire de Génétique Cellulaire) à Toulouse, et GABI à Jouy en Josas (Génétique Animale et Biologie Intégrative)). Ses collaborations s’étendent aussi l’étranger notamment au Brésil via la conduite de projets en commun et l’encadrement d’étudiants.

Il entretient un partenariat très étroit avec les producteurs d’aliments locaux et les firmes d’alimentation privées avec lesquelles il a de nombreuses interactions. Il participe à ce propos en lien avec les chercheurs de son unité, spécialistes des ruminants, au programme de recherche initié depuis plusieurs années par le CRAG sur la valorisation de la banane dans l’alimentation animale, qui a donné lieu en avril 2011 à la signature d’un contrat de recherche « farine banane » entre l’INRA, le groupement des producteurs de banane de Guadeloupe, et l’industrie agro-alimentaire (Grand Moulins des Antilles).

Il poursuit ses travaux dans l’amélioration des mécanismes de l’adaptation du porc à la chaleur en utilisant les nouvelles possibilités de la biologie.

Outre l’amélioration des connaissances sur les mécanismes d’adaptation, ces travaux aident à la détermination de nouveaux phénotypes en relation avec les programmes de génétique menés actuellement.

David a quitté le Centre pour rejoindre celui de Rennes en 2013.

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à nous contacter